Accueil  |  L'ESSENCIEL  |  CONJONTURE  |   REPORTAGE  |  CAHIER FINANCIER  |  CAHIER SPORTIF  |
 

14-12-2016

 

  Bourses arabes : Un indice islamique pour attirer l’investissement    Devise : Le dollar progresse en vue de la réunion de la Fed    Biskra : Le Salon international de la datte fait le plein    Projet de loi fixant les hautes responsabilités de l'Etat : Instaurer le respect du principe d'équité    Alimentation en eau potable : Abdelkader Ouali veut que chaque wilaya soit autonome  

 
 

 
 

 
   L'ESSENCIEL

Biskra
Le Salon international de la datte fait le plein





220 participants sont attendus à la deuxième édition du Salon international de la datte, prévu du 17 au 20 décembre courant à Biskra, a indiqué mardi Abdelmadjid Khobzi, membre du comité d’organisation. 

Des producteurs de dattes et leurs dérivés, issus de l'ensemble des wilayas phoenicicoles, ainsi que des industriels nationaux et étrangers, fournissant divers engins et produits en rapport avec cette agriculture, prendront part à cette manifestation économique, a précisé la même source. Des représentants de diverses ambassades étrangères en Algérie ont été également conviés à cette deuxième édition.   Outre une exposition des différentes qualités de dattes et de leurs produits dérivés, ainsi que le matériel utilisé dans leur production, le Salon verra la présentation de communications notamment sur les avantages accordés par l’Etat aux opérateurs désireux de se lancer dans l’exportation de ce fruit et les voies d'accès aux marchés internationaux, a indiqué M. Khobzi. Le Salon se veut un "espace de promotion de la datte algérienne et de recherche des opportunités de développement de la filière agroalimentaire nationale", selon les organisateurs. Cette manifestation, qui se tiendra à l’école régionale des sports olympiques, est organisée par la Chambre de commerce et d’industrie, CCI-Ziban, la Chambre algérienne de commerce et d’industrie et la Société algérienne des foires et exportations "Safex". 

R.N







Alimentation en eau potable
Abdelkader Ouali veut que chaque wilaya soit autonome





Chaque wilaya doit assurer l’alimentation en eau potable (AEP) de ses citoyens avec ses propres ressources. "L’Etat a réalisé des infrastructures stratégiques, dans le secteur de l’eau de chaque wilaya" a indiqué le ministre des Resource en eau et de l'Environnement, Abdelkader Ouali, à partir de Tipaza.

Les infrastructures réalisées permettent une mobilisation des ressources hydriques de chaque wilaya, pour peu que ses responsables adoptent un plan d’action apte à garantir l’économie de l’eau et l’entretien des installations du secteur (barrages, réservoirs, transferts hydriques.. ), outre la lutte contre les raccordements illicites et les fuites d’eau, a ajouté le ministre. Le ministre a écarté de ces infrastructures les grands projets structurants (grands transferts hydriques), réalisés au titre du programme présidentiel. Il a, en outre, fait cas de la perte d’un volume de plus de 13.000m3 d’eau produite au niveau de la station de dessalement d’eau de mer de Fouka, sans que les responsables locaux ne s’en soient aperçus. Apres avoir mis en exergue les sommes colossales investies par les pouvoirs publics, en vue de l’amélioration de l’AEP et de la garantie de cette ressource vitale qu’est l’eau, aux citoyens, jusqu’à l’horizon 2030, le ministre des Ressources en eau et de l'Environnement n’a pas manqué de relever l’existence d’une "anomalie" dans le circuit de conduction de l’eau jusqu’aux robinets. Il a fait remarquer, à titre indicatif , que la capacité de production journalière, à Tipasa, est de 220.000 m3 d’eau, au moment où les besoins des citoyens ne dépassent pas les 130.000 m3, et que certaines régions accusent un déficit en eau potable, à l’instar de la localité de Hameur El Aïn. M. Ouali a appelé à "davantage de vigilance et de rigueur dans la gestion de l’économie de l’eau". S’agissant du secteur environnemental, il s’est interrogé sur les raisons à l’origine de la non exploitation des déchets collectés au niveau des centres d’enfouissement technique de la wilaya, par leur récupération et leur vente, citant en exemple la wilaya de M’sila, considérée leader national en la matière, en fournissant du carton au complexe Tonic de Tipasa. Il a, aussi, reproché aux responsables locaux du secteur environnemental de "négliger les énormes compétences des associations civiles du domaine", insistant sur la nécessité de leur accompagnement, notamment dans leurs campagnes de nettoyage. "Il ne suffit pas de proclamer Tipasa wilaya écologique et de l’économie verte, encore faut-il concrétiser ce slogan sur le terrain par une action de proximité permanente", a encore soutenu le ministre. Après avoir souligné l’importance d’instituer un mouvement associatif autour de l’environnement, impliquant la société civile, la presse et les autorités locales, M. Ouali a annoncé l’élaboration en cours d’un programme portant sur la "constitution d’un groupement national, qui réunira toutes les associations du domaine environnemental ". A l’instar de tous les secteurs, le gouvernement veut intégrer de plus en plus les chefs des exécutifs des wilayas du pays dans l’autogestion et prise de décision interne dans le développement locale. Crise financière oblige, les walis devront se retrousser les manches et jouer le rôle de réels gestionnaires et éviter à la trésorerie publique des dépenses faramineuses voire inutiles.

S. Ourabah               







Projet de loi fixant les hautes responsabilités de l'Etat
Instaurer le respect du principe d'équité





Il y a "une nécessité de durcir au maximum la mesure concernant la liste des postes concernés, et ce, dans le but d'instaurer le respect du principe d'équité entre tous les citoyens pour accéder aux hautes fonctions de l'Etat conformément aux conditions fixées dans la Constitution". 

C’est la priorité du gouvernement, a indiqué le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Tayeb Louh, lors de l’examen, hier, du projet de loi définissant les hautes responsabilités et fonctions de l'Etat exigeant la jouissance exclusive de la nationalité algérienne, par les membres du Conseil de la nation

Dans sa présentation du projet de loi, le ministre a affirmé que ce texte a été élaboré par une commission ayant regroupé des représentants de plusieurs secteurs. Le projet de loi vise, par ailleurs, selon le ministre, à "rassurer la communauté nationale à l'étranger et à renforcer son sentiment d'appartenance au pays en lui permettant d'accéder aux hautes responsabilités de l'Etat. Conformément aux nouvelles dispositions contenues dans la Constitution amendée, notamment l'article 27, l'Etat est tenu de veiller à la préservation de l'identité des citoyens résidant à l'étranger, au renforcement de leurs liens avec la nation et à la mobilisation de leurs contributions dans le développement de leur pays". 


R. N







Bechar
La cimenterie de Ben-Zireg, un facteur de développement régional





En gestation depuis au moins une vingtaine d’années, le projet de réalisation d’une cimenterie, dans la zone de Ben-Zireg (40 km au nord de Bechar), a été finalement lancé au début de cette année. 

La concrétisation de cette entité industrielle dans une région plutôt connue pour son potentiel agricole, notamment avec la plaine de Abadla et son barrage, constitue incontestablement un facteur important dans la création d’un véritable tissu industriel dans cette wilaya du Sud-ouest du pays. Le choix du site pour l’implantation de cette cimenterie a été favorisé par l’existence de gisements de calcaire et de schiste dans cette région, ainsi que de ressources hydriques, en plus de sa proximité avec la RN-6 reliant Bechar aux wilayas du Nord-ouest et du Sud-ouest du pays. La voie ferrée Bechar-Oran via Sidi Bel-Abbès, qui a été réhabilitée et modernisée, constitue aussi un des facteurs déterminants dans le choix d’implantation de cette cimenterie, selon des indications fournies lors du lancement du projet par des responsables du groupe public industriel des ciments d’Algérie (GICA), la holding qui gère l’ensemble des cimenteries du pays. Sa réalisation a été confiée, rappelle-t-on, à une entreprise chinoise, l’équipementier CMBI (filiale de Sanomi), avec un financement de 34 milliards de DA assuré par la Banque extérieure d’Algérie (BEA), a-t-on ajouté. Le groupe GICA a procédé, depuis plus d’une année, à la création d’une filiale locale, à savoir Saoura-Ciment, pour la conduite du projet dont le suivi technique des différentes phases de réalisation sera assuré par un organisme d’études spécialisé suisse, a-t-on signalé. La mise en service de cette cimenterie, prévue au début de 2019, avec une production annuelle d’un (1) million de tonnes en plus de la création de 500 emplois directs et quelque 800 autres indirects, va permettre d’augmenter l’offre en ciment et porter la production annuelle globale du groupe GICA à 23 millions de tonnes, a-t-on expliqué.

Cette production permettra la satisfaction des besoins en ciment de la wilaya de Bechar et celle des autres wilayas du Sud-ouest du pays, notamment Adrar et Tindouf, et sera d’un apport "très important" aux efforts de développement et de concrétisation des différents projets et programmes de développement des secteurs de l’Habitat et des Travaux publics dans le Sud-ouest. La région bute parfois au manque ou à l’insuffisance de ce matériau de construction dont l’approvisionnement au sud-ouest est assuré à ce jour par des cimenteries du nord du pays, a-t-on souligné à la direction du secteur de l’industrie et des mines de la wilaya. La cimenterie de Ben-Zireg sera dotée d’équipements répondant aux normes nationales de protection de l’environnement et d’une station de traitement des eaux usées. Sa réalisation s’inscrit au titre de la nouvelle stratégie industrielle nationale visant l’exploitation des différents gisements miniers à travers le pays, notamment dans les régions du sud, dans le but de développer le potentiel économique de ces régions, comme c’est le cas de Bechar, pour en faire un pôle minier. La cimenterie a été lancée en réalisation au début du mois de juin dernier par le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb, rappelle-t-on. 

B. Sadek

.








Litige Sonatrach- Medex
La société nationale remporte une victoire dans un arbitrage international





Le groupe Sonatrach a remporté une victoire dans un arbitrage international contre la société Medex petroleum North Africa (Medex), à propos de contrats de recherche et d'exploitation des hydrocarbures sur les périmètres de Bourarhat Nord et Erg Issaouane, apprend-on auprès de Sonatrach. 

La compagnie nationale avait introduit une procédure d'arbitrage en 2015 devant un tribunal arbitral pour réclamer la résiliation des contrats avec Medex, en application du règlement d'arbitrage de la Commission des Nations Unies pour le droit international commercial (CNUDCI), et ce, "à cause des défaillances de Medex dans l'exécution de ses obligations au titre de ces contrats", explique mardi le groupe Sonatrach dans un communiqué.  Le tribunal arbitral a rendu sa sentence lundi 12 décembre en cours, "donnant raison au groupe national (Sonatrach) et a prononcé la résiliation des contrats, sur les périmètres concernés, conclus avec la société Medex et aux torts exclusifs de cette dernière, à compter de la date de la sentence", précise la même source. Suite à cette décision du tribunal arbitral, "Sonatrach reprendra incessamment la conduite et l'exécution des opérations pétrolières sur ces deux périmètres, qui produiront un volume prouvé d'huile de 15.500 barils/jour, de 3,7 millions de m3/jour de gaz de vente, de 8.680 barils/jour de condensat et de 500 tonnes/jour de GPL".  Dans ce dossier d'arbitrage international, Sonatrach était accompagné par une équipe d'avocats du cabinet Quinnemanuel, Urquhart et Sullivan (basé à Paris). 

R.N






 

 

 
Jour  
Mois  
Année  

 


 
 

Est ce que vous soutenez l'idée
d'annuler le visa entre l'Algérie et la Turquie ?

                      
Oui Non

 

Résultats

Oui
                 
25 %
Non               
                 
75 %

 

 
 
Accueil  |  L'ESSENCIEL  |  CONJONTURE  |   REPORTAGE  |  CAHIER FINANCIER  |  CAHIER SPORTIF  |

Tous droits réservés : El OUMMA 2013                                                                   Conception & Hébergement de site : ProNet  -  2013


La nation arabe , lcm , medias d'information, journal ,algerie, la presse , ecrite, actualités, quotidien